Quelques informations sur l'orgue de Barbarie

Un peu d'histoire...

L'origine de l'orgue, d'après son étymologie du grec ancien "organon" qui signifie "machine" n'évoque pas un instrument de musique mais un moyen mécanique.

On remonte il y a 2000 ans à Alexandrie pour retrouver des tuyaux de tailles différentes. Au 3èmes siècle avant Jésus Christ, l'ingénieur Ktesibios d'Alexandrie invente l'Hydraule (orgue hydraulique) à régulation par cloche d'air immergée dans l'eau.

Puis on raconte que les Romains devaient utiliser cet instrument dans les cirques pour ponctuer les jeux et probablement pour couvri les cris des suppliciés. Le romancier Pétronne, dans son Satyricon, nous apprend qu'au cirque romain, l'hydraule accompagnait les courses de chars.

Les Romains avaient aussi des orgues de petites tailles dont ils se servaient dans les théâtres.

Les Grecs et les Romaisn construisirent des fontaines musicales imitant les oiseaux.

Plus proche de chez nous...

Des fragments de ces petits instruments d'époque romaine ont été retrouvés dans des fouilles archéologiques à Avenches en Suisse et à Aquincum en Hongrie.

Après les grandes invasions, l'orgue se maintient à Byzance, puis apparaît au Moyen äge auprès des souverains européens : un orgue a été offert à Pépin le Bref en 757 par des envoyés de Constantin V, empereur de Byzance. puis l'instrument se répand dans toute l'Europe, dans les abbayes et les églises chrétiennes.

L'orgue subit une période de disparition en Europe occidentale au cours des IV ème et Vème siècles, à cause de multiples invasions barbares.

Le développement de l'orgue aura sans doute été facilité par Gerbert d'Aurillac, moine et ingénieur qui construisit des orgues et est devenu pape sous le nom de Sylvestre III.

Pourquoi "Barbarie" ?

Ce terme "orgue de Barbarie" est apparue au 18ème siècle. Son explication est encore contestée aujourd'hui.

Il pourrait provenir de l'Italien Giovanni Barberi de Modène au 17 et 18ème siècles connu pour avoir fabriqué des orgues portatifs.

Le terme Barbarie provient aussi du 18ème siècle qui désignait tout ce qui n'était pas français, en particulier car ils étaient joués par des étrangers à la France. Donc viendrait du terme "barbare" signifiant "étranger" car on ne savait pas d'où venait cet instrument, comme la figue de barbarie ou le canard de barbarie.

Il y a aussi John Burberry, un inventeur anglais imaginaire ! Alain Vian, le frère de Boris, tenait un magasin  d'instruments de musique mécanique dans le quartier Odéon de Paris. Il répandit la légende que le comte de Burberry avait eu l'idée de l'orgue de Barbarie en voyant un hérisson frotter ses épines sur une harpe.

L'âge d'or de l'orgue de Barbarie

L'orgue de Barbarie fut surtout joué par des mendiants ou des pèlerins depuis 1700. Il n'y a pas besoin  de connaitre la musique pour en jouer, plus besoin d'apprendre un métier !
Ce sont les fabricants eux-mêmes qui louaient les instruments aux mendiants.

Les facteurs d'orgue pensèrent ensuite à intégrer à leurs instruments des scènes animées par des automates.

En France, à la même période, il était à la mode de posséder chez soi toutes sortes d'oiseaux chanteurs capables d'apprendre de courtes mélodies. On inventa donc la "serinette" au 17ème siècle et les premiers orgue de Barbarie.

Le 19ème siècle fut la période de gloire de cet insrument. Félix Mendelson écrivit même : "Ma symphonie sera aussi bonne que possible ; mais sera-t-elle populaire, fera-t-elle partie du répertoire de l'orgue de barbarie ? Dieu seul le sait."

Aujourd'hui

L'orgue de Barbarie chuta à partir de 1920 pour disparaître quasiment dans les années 1960.

Le goût pour les fêtes foraines diminua et les sonorisations électriques, la radio, la télévision, l'électronique le laissaient plutôt dans les greniers.

Aujourd'hui, vous pourrez encore rencontrer des passionnés ou nostalgiques qui construisent eux-mêmes cet instrument. Les facteurs d'orgue de Barbarie professionnels se comptent sur les doigts d'une main ainsi que les "fabricants" de cartons perforés.

Les cartons perforés utilisés pour les métiers à tisser et l'ancêtre des cartons perforés pour le langage des ordinateurs ont été mis à profit pour laisser passer l'air de préférence dans un tube plutôt qu'un autre. Ainsi, cet air va entrer dans une flûte (ou plutôt bourdon) ou encore faire vibrer une lame métallique appelée anche.

2 types d'orgues de barbarie vont voir le jour : les orgues à flûtes aynt donc le son des flûtes et les orgue de Barbarie à anches qui ont le même son que les accordéons (à anches aussi).

Aujourd'hui, la technologie permet de fabriquer des cartons plus rapidement avec des imprimantes perforeuses. Le répertoire n'est donc pas uniquement cantonné aux chansons anciennes !!